M’enfin… un gaffeur à Pompidou : Gaston s’installe

Gaston Lagaffe centre pompidou pour l'appli mobile Orbout sur Iphone et Android une app pour sortir à paris lyon marseille nice toulouse nantes, montpellier strasbourg nancy rennes brest bordeaux événements sorties events sur appstore et googleplay dans toute la france

#TimeToEnjoy5

L’autre jour, je me suis rendu à la BPI (Bibliothèque du Centre Pompidou pour les non parisiens) afin d’y réaliser des recherches. Cela faisait des années que je n’avais pas mis les pieds en ce temple du savoir et pour tout vous dire je ne m’en portais pas plus mal.

Mais quelle fut ma surprise de découvrir que la BPI nous propose une exposition consacrée à l’un de mes personnages de bd favoris : Gaston Lagaffe. Célèbre personnage comique, malgré lui, créé par André Franquin en 1957 et connu pour sa fameuse réplique « M’enfin… ».

Ah, que de nostalgie

Ses pitreries et ses gaffes ont rythmés ma jeunesse et sont venues égayer mes journées de spleen.

Comment ne pas tomber sous le charme de ce personnage haut en couleur avec son gros nez et sa bonne bouille ronde. Chaque prise de décision de ce dernier, même lorsqu’il veut bien faire, mènent toujours à la catastrophe. Et tout cela au grand dam de ses collègues de bureau.

Expo-Gaston-Lagaffe-Centre-Pompidou-1

De la genèse à la maturité de Gaston Lagaffe

L’exposition retrace l’histoire du personnage de ses débuts, lorsqu’il venait combler les vides du journal Spirou ; avant de devenir le personnage central de courtes histoires.

Puis, enfin, il réalise ses premières gammes dans le 9e art, le temps de 19 bandes dessinées.  Chaque partie se compose de cours textes et de citations des différents acteurs de la bd (Franquin, le redac’ en chef) que viennent agrémenter des planches de la bande dessinée.

Quel bonheur de pouvoir relire des passages d’albums et de rire des mésaventures de cet anti-héros. Le temps de quelques minutes, je me suis retrouvé projeté dans ma jeunesse (et oui cela commence à daté…). C’est exactement la respiration qui me fallait au milieu de mes révisions.

La scénographie de l’exposition est somme toute simple mais efficace du fait du peu d’espace dont elle disposait. Elle est structurée dans un carré n’excédent pas les 15 m². On la retrouve au deuxième étage de la bibliothèque. L’exposition ne vous prendra guère plus de 30 à 40 mn, timing parfait pour les visiteurs voulant faire un break dans leur session de travail.

Une exposition bourrée d’anecdotes

Ce qui m’a beaucoup plu est le fait que l’exposition fourmille d’anecdotes en tout genre que ce soit sur Gaston lui-même, autour de la bande dessinée ainsi que sur Franquin. On y apprends, notamment, l’origine du nom de Gaston; de qui il est inspiré; et quelle est l’inspiration de Franquin lors de la création des personnages secondaires. De plus, on y apprend que certains traits du personnage sont directement inspirés de la personnalité de Franquin (qualités comme défauts). Ce qui à pour effet de rendre encore plus humain et attachant ce fantasque personnage.

Si vous êtes de passage à la BPI, je ne peux que vous enjoindre de visiter l’exposition, cela ne vous coûtera qu’un petit peu de votre temps entre deux révisions. En effet, l’exposition est courte et gratuite. Qu’est ce que vous attendez de plus pour vous y rendre!

Gaston, au-delà de Lagaffe: Du 7 décembre au 10 avril 2017.
BPI George Pompidou,
19 rue Beaubourg
75001 Paris

 

Toutes les expo 🎨 sur Orbout
👉 Disponible sur App Store et Google Play 👈

Partager ✌️
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone