Joel Meyerowitz, l’oeil et l’intuition du photographe

Joel Meyerowitz pour l'appli mobile Orbout sur Iphone et Android une app pour sortir à paris lyon marseille nice toulouse nantes, montpellier strasbourg nancy rennes brest bordeaux événements sorties events sur appstore et googleplay dans toute la france

J’aime 7

Le chainon manquant

Il est considéré par certain comme le « chainon manquant » entre la photographie traditionnelle (noir et blanc) et la photographie moderne (en couleur).

C’est dans les années 60 qu’il va développer son talent, muni de son Leica 55mn, pour la photographie. Son premier terrain de jeu sera les rues de sa ville natale : New York.

Il n’a pas son pareil pour dénicher des photographies des plus surprenantes et uniques grâce à une intuition qui n’a pas son pareil.

L’un de ses clichés le plus célèbre nous montre un ouvrier qui enjambe un homme qui vient de tomber par terre en sortant du métro. La photographie montre combien les personnes autours ont l’air concernées par la détresse de l’homme à terre… Cette œuvre résume bien le travail du photographe, qui n’est pas sans rappeler un certain Voldemort (je vous laisse googliser, la ressemblance est frappante), de saisir les instants, les interactions, les regards.

L’exposition se tient dans le second espace d’exposition se trouvant en fond de cour.

thIBV257K8
Joel Meyerowitz Courtesy Howard Greenberg Gallery, New York City

Une œuvre colorée et très inspirée.

En effet, avec Taking my Time, Part IIla volonté de la galerie est de s’appesantir sur les premières œuvres en couleur captées par l’artiste dès la fin des années 60.

Lors de cette période, l’artiste abandonne les villes monochromes pour se consacrer, en premier lieu, aux paysage colorés, contrastés et nuancés de la Péninsule.

Lors de cette période il va changer son matériel, délaissant le Lecia 55mn pour une Deardoff 8×10. Aussi, exit les scènes de rue, ces nouvelles photographies dévoilent des scènes de vies, immobiles mais aux couleurs très riches.

Joel Meyerowitz
Joel Meyerowitz

Et justement, ce travail des couleurs de l’artiste est tel que lorsque l’on se retrouve devant son travail, on se demande si se sont des photographies ou des tableaux. Le résultat est assez bluffant.

Pour cela son œuvre se rapproche beaucoup des expérimentations des Pictorialistes (mouvement de photographes de la fin du XIXe siècle). Leur crédo était d’utiliser toutes les techniques possibles (pigmentation, rehaut de couleur, gélatine de bromure, fusain) afin que leur photographie se rapproche le plus de la peinture, de la gravure.

Par contre pour ce qui est du sujet de ses photographies, les inspirations sont plus proche des artistes américains tels que Edward Hopper (pour le côté narratif et l’esthétique) et David Hockney pour l’esthétique.

Joel Meyerowitz
Joel Meyerowitz

Pour les amateurs de photographies la galerie présente des photographies de l’excellent artiste sud-américain : Sebastiao Salgado.

J’apprécie beaucoup le travail de ce dernier, surtout ses premières œuvres traitant de l’Amazonie. Je suis fan du côté très graphique de ses photographies.

Le premier espace est consacrée à une rétrospective de l’artiste américain William Klein. Paris + Klein est une dédicace au caractère cosmopolite et diversifié de notre belle capitale. Le travail est intéressant mais est malheureusement desservie par sa scénographie. Les photographies sont agglutinées les unes aux autres ce qui ne permet pas de mettre un valeur son travail. Malgré tout, les expositions en valent le coup.

Je vous, laisse faire votre propre avis.

Taking my Time, Part II, du 14 janvier au 4 mars

Polka Galerie,
Cour de Venise
12, rue Saint-Gilles
75003 Paris, France

Metro Chemin Vert (ligne 8)

 

Toutes les expos 🎨 sur Orbout
👉 Disponible sur App Store et Google Play 👈

Partager ✌️
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone