Coupe Paris Impro : l’art de la joute verbale

salle comble à paris impro sur orbout l'application mobile des sorties et des événements, sortir à paris, sortir à lyon, sortir à nice, sortir à marseille, sortir à bordeaux, sortir à toulouse

J’aime 3

🎤 « Ok… Ok… Mc Orbout à la plume… Gare à ne pas vous y bruler les ailes ! Loin de moi l’idée de vous prendre pour une volaille, j’encaisse les coups jamais sans ma côte de maille… BIM ! » Bon, c’est mauvais, très mauvais, on est pas tous aussi doué que Serge le Mytho quand il s’agit de faire des impros (ne baissez jamais les bras) ! Bien décidé à en apprendre d’avantage, je me suis rendu à la Coupe Paris Impro 2017 a l’Appolo Théâtre pour voir s’affronter, le verbe acéré, les équipes de Belleville et de Batignolles !

L’Appolo Théâtre : le Colisée des comédiens

Bon, le théâtre Impro, c’était une grande première pour moi. Je me sentais telle une illustre célébrité au côté de Frédéric Lopez pour un voyage en terre inconnue. À peine installé, la salle retentit, une foule de centaines de personnes qui acclament et applaudissent  leurs champions du jour. Une installation en plexiglas (carglass répare, carlgass remplace) fait office d’arène et les comédiens entrent en scène. Paris Impro, ce n’est pas seulement deux équipes qui s’affrontent, c’est aussi un présentateur à la prose bien sentie, une équipe d’arbitrage qui prend un malin plaisir à se faire détester et un DJ aux remix du turfu.

« Mesdames Messieurs, bienvenue sur l’autoroute du bonheur, attachez vos ceintures, vous ne serez pas à l’abri d’un fou rire ! »
(Je vous mets au défi de faire un lancement plus ringard meilleur que ça)

C’est l’heure du du-du-du-duel !

Et maintenant ? Le spectacle repose sur un principe simple : l’arbitre impose un thème, et les deux équipes s’affrontent ou coopèrent pour une improvisation face to face avec le public. Évidement, l’arbitre tient le chrono (pas le temps de niaiser pour les acteurs). Au menu du jour, Belleville vs Batignolles. « Et regardez, la mayonnaise prend ! » comme dirait Philippe Etchebest quand il est de bonne humeur.

IMG_30081

Deux scènes étaient particulièrement cool, celle « du peuple du froid » ou les comédiens se muent en tribu au dialecte proche de celui des télétubbies  et « Péplum » où l’on découvre une malédiction, malédiction (c’est le nom de la malédiction), dont j’aimerais bien ne jamais souffrir. Les acteurs ont véritablement mutés en gueux, grand plongeon avec Jacouille et ses semblables. Les champions se donnent, et nous, public, aussi.

À la fin (comme à la StarAc’) les spectateurs sont les seuls juges, et votent à l’aide d’un carton de couleur pour l’équipe qu’ils ont jugé la meilleure. Personnellement, je suis comme Gérard Jugnot : #TeamBatignolles !
Je salue tout particulièrement la prestation de Julie Gallibert et de Guillaume Darnault qui ont été remarquables.

Après des mois d’impro acharnée, la finale se tiendra le 19 juin et à la fin, il n’en restera qu’un (générique de Koh Lanta, bruit de perroquet et images de mygale).
Il reste quelques places pour cette soirée haute en verbe et en créativité : vous savez ce qui vous reste à faire !

 

Et des milliers d’autres sorties sur l’app, toute cette semaine et partout en France !

 


POUR RECEVOIR DES MOTS DOUX
DE LAURE 💌


Partager ✌️
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone