Fast and Curious le CNVA…

CNVA orblog orbout evenement event auto voiture automobile

Si je vous dis CNVA vous me répondez ?… Moi non plus je savais pas quoi répondre. J’ai néanmoins été assez intrigué pour me rendre à Antony, un samedi matin !!! Dans une zone rési-industrielle (triste et déserte), tout près d’un hangar, resplendissaient des dizaines d’automobiles anciennes. Un contraste saisissant : je fonce !

🚨 – Ne partez pas en courant, les voitures ne sont pas des tas de ferraille..

..dans lesquels on entasse des enfants (ou pire des objets de frime utilme à base de jantes qui tournent toutes seules) mais de véritables œuvres d’art et d’artisanat roulantes. Tout le monde a un souvenir, une histoire avec une voiture, elles font partie du patrimoine culturel et sentimental moderne. Je vais donc tenter de vous faire partager cette découverte du CNVA et ma passion (parfois mal interprétée, souvent raillées) pour les autos. –

Un parking qui en dit long

Dès mon arrivée, je ne peux m’empêcher… Je m’approche, près, tout près pour admirer ces petites pépites qui m’ont fait rêver toute mon enfance (et un peu plus..) : Bugatti 35, Porsche 911, Citroen 2CV, Jaguar Type E, Porsche 356, Austin Mini, Alfa Romeo Alfetta GTV ou encore Ferrari Testarossa ❤️

IMG_6182

Les propriétaires ne sont pas loin, heureux de partager (avec du sang neuf) leur passion des choses bien belles et bien faites.

Le Conservatoire National des Véhicules Anciens (CNVA) a eu l’excellente idée de réunir ces pièces de collection à l’occasion de sa journée porte ouverte (qui tombe juste après l’interdiction de rouler à Paris de Madame Hildalgo… coïncidence ?). Découvrons donc ensemble ce lieu hors du commun.

Le CNVA : une école, deux missions

Notre guide est le fondateur du CNVA, Alexis de Solliers-Helcmanocki. Après une carrière dans les start-up (comme Orbout 😉), c’est dans l’automobile qu’il a choisi d’exercer tout son talent.

IMG_6174

Je découvre très rapidement que le Conservatoire est une école, mais pas n’importe quelle école.
Le CNVA a pour mission de former des passionnés de mécanique aux métiers de la restauration de véhicules anciens. Ici, pas besoin d’être ingénieur, pas besoin de faire une prépa, pas besoin d’avoir le bac, seuls le don, la passion et le travail comptent.
Véritable école 42 de l’automobile, le CNVA a une double mission : former l’élite française de l’artisanat auto et transmettre/sauvegarder des techniques, des métiers et un patrimoine sur le point de disparaître.
Les ambitions du Conservatoire sont grandes : devenir un centre de formation, un atelier collaboratif et un lieu de vente (pourquoi pas un musée aussi ?) dédié au patrimoine automobile.

IMG_6179

Chaque année, 20 étudiants s’exercent aux techniques de carrosserie, de peintre, de mécanique, de sellerie.. Mais pas comme le font les apprentis d’aujourd’hui, plutôt comme le faisaient les apprentis des années 50 !! Car ici tout est fait, refait, « à la main », à l’ancienne, afin de rendre toute leur noblesse à des véhicules oubliés, délaissés ou trop âgés. Les étudiants ont la chance de remettre en état des autos de A à Z. J’ai pu découvrir le travail en cours sur une dizaine de modèles dont une Alfa Romeo Osso di Sepia ou une Jaguar MK2. La visite de l’atelier est tout simplement passionnante, j’hésite presque à m’inscrire.

IMG_6177

Un superbe projet, un lieu insolite et le plaisir d’échanger avec des passionnés : je rentre à Paris, en bus, puis en RER..
J’espère bien revenir prochainement au CNVA, mais cette fois-ci avec ma propre voiture 🚗 💨 !

Ps : certains visiteurs ont même eu la chance de passer quelques minutes comme co-pilote de ces autos : je suis jaloux.

#TimeToEnjoy 1

Partager ✌️
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

Auteur : Max Puissant

25 ans, cultur(iste) et passionné d'entrepreneuriat. Explorateur Art et un peu plus, toujours à l'affût des meilleurs événements, même ceux que personne ne remarque.